La basse-cour de la poule pondeuse

Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

Que sont-ils devenus ? 11 avril 2008

Aujourd’hui un billet pour vous donner quelques infos et liens supplémentaires en rapport avec de précédents articles.

Allaitement (voir ici et ici) : suite au refus d’une crèche de donner du lait maternel après 6 mois, une pétition est lancée pour qu’une loi soit faite pour que ça n’arrive plus. On peut la signer ici.

Chaussons en cuir souple : Pour ceux qui habitent dans des contrées polaires, ou chez qui il y a du carrelage très très froid, et qui trouvent que les chaussons c’est un peu léger, je vous ai trouvé un lien aux petits oignons : des petits chaussons fourrés fabriqués à la main au TIbet, pour seulement 19.95 $ la paire (port compris). Il y a aussi des petites bottines à peine plus chères. Certes ça n’est plus trop la saison, mais vue la météo ça fait une bonne excuse pour dégainer la CB (je suis forte, je résiste, je suis forte, je résiste…). Et si le dollar venait à remonter, il vaut mieux profiter du cours avantageux maintenant (je suis forte, je résiste, je suis forte, je résiste…).

Aldo Naouri : Grâce au blog Faisons avancer les choses, je vous suggère d’aller voir l’article de Elle où Alix Girod de l’Ain (alias le Dr AGA pour celles qui lisent Elle) teste la méthode Naouri. Ecrit avec son humour habituel, et criant de vérité.

La technique magique du bain : Pas de lien en particulier, plutôt quelques observations (en conditions contrôlées) sur l’évolution de la technique avec l’âge du poussin. Et ce surtout si vous avez pris l’option « explorateur/Dr Livingstone » sur votre poussin (ou pas d’ailleurs, ce qui peut mener à certaines tensions dans le couple, pour savoir qui a coché cette foutue option). Bref. Une fois donc que le poussin commence à maîtriser sa position et à savoir en changer tout seul, vous pouvez le mettre directement assis dans le bain. Il y a aussi des chances qu’il ne veuille plus aller sur le dos (alors que c’est quand même la position la plus pratique pour lui laver les cheveux). L’avantage, c’est que quand il commence à se mettre debout, c’est carrément plus pratique pour le savonner (façon fouille au corps à la douane…). Moins pour le rincer cependant. L’inconvénient, c’est que la baignoire, ça glisse, alors je vous raconte pas les gamelles. Le dernier truc du poussin : on laisse couler l’eau pendant qu’il est dans le bain (arrêter l’eau avant qu’on ne voie plus la tête…). Gros gros succès : essayer de boire l’eau (en s’en mettant plein la figure), passer sa main dedans (en s’en mettant plein la figure), s’approcher (en s’en mettant plein la figure), éclabousser partout (en s’en mettant plein la figure). Bref l’éclate totale.

Je vous donnerai bientôt des nouvelles de mon expérience des couches lavables, que nous utilisons à plein temps depuis 2-3 semaines, mais j’attends d’avoir un peu plus de recul pour vous en parler.

 

Les parents sont-ils nuls ? 25 mars 2008

Filed under: Education,J'avoue — poulepondeuse @ 8:56
Tags: , , , , , ,

super nanny Si vous traînez un peu sur la blogosphère bébé/enfant, vous n’avez pas pu échapper à une récente interview d’Aldo Naouri, pédiatre médiatique, dans Elle. Si elle n’est plus en ligne, vous en trouverez une retranscription ici, ainsi qu’une autre de ses bafouilles pour le Point (avec commentaires de la blogueuse). Son but principal semble être de redonner l’autorité aux parents, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, même si certaines de ses méthodes feraient passer Super Nanny pour une baba cool portée sur le hasch (genre supprimer le doudou ou la tétine à deux ans précis, sans préavis ni explication, ou introduire des horaires de repas militaires après 3 mois).

Ce qui me fait halluciner, ce n’est pas tant le contenu de ses propos, mais l’arrogance de ce genre de personnage, qui à la fois accuse les parents de se laisser mener en barque par leurs enfants et en même temps les infantilise en leurs posant des tas de normes et d’interdits sur les sujets les plus personnels. On en arrive au point où il vous dit combien de fois dire « je t’aime » à votre enfant. Vous imaginez demander à votre gynéco ou à votre médecin traitant combien de fois par jour dire « je t’aime » à votre tendre moitié ? Non, évidemment, c’est un équilibre que vous avez trouvé tout seuls comme des grands. Parce que dans la vie de tous les jours, qu’il s’agisse de votre boulot, de votre couple ou de vos prochaines vacances, vous savez vous débrouiller seul, sans que tout le monde vienne y mettre son grain de sable.

Mais dès qu’il s’agit d’éducation, tout le monde s’érige en expert et se mêle de donner des conseils à gogo, sans se soucier qu’ils soient contradictoires ou surtout fort mal à propos. Les pédiatres notamment, parés de l’autorité médicale, tendent (surtout pour certains cas médiatiques) à outrepasser leur rôle : il n’est certes pas évident de définir la limite entre éducation, santé et bien-être, mais vous dire que votre enfant ne devrait plus prendre la tétine là maintenant tout de suite, devrait prendre 30 ml de lait de plus ou de moins, ou devrait le prendre à 16h et pas à 16h15, no comment. Et par-dessus le marché, on accuse les parents de démissionner devant leurs enfants et de ne plus avoir d’autorité. Croit-on vraiment qu’un parent sera plus respecté par son gosse s’il fait « comme on lui a dit » (même s’il ne voit pas très bien pourquoi ou comment) ? Les enfants ne sont pas stupides, loin de là, et sont très forts pour vous mettre devant vos propres contradictions.

Evidemment, c’est au pédiatre de vous transmettre les dernières connaissances scientifiques (comme « coucher un enfant sur le dos diminue les risques de mort subite du nourrisson », ou « donner du beurre de cacahuète à un enfant de 4 mois risque de le rendre allergique et/ou obèse »), et ces conseils sont souvent utiles et salutaires. C’est vrai qu’on se retrouve souvent parfois en panique devant ce truc bizarre qu’est le bébé, dont on a mystérieusement oublié de nous communiquer le mode d’emploi. On est alors prêt à croire la première personne qui a l’air de détenir LA solution miracle. Autant vous le dire tout de suite : c’est comme la recette magique pour maigrir sans régime et sans sport, ça n’existe pas. Et au final, c’est à vous de faire le tri dans tous ces conseils et ces idées, car c’est vous qui savez ce qui est le plus important pour vous et pour votre enfant, ce qui va marcher pour votre famille. Pour les trucs vraiment graves (genre « ne pas balancer son enfant par la fenêtre »), il y a la loi et les services sociaux.

Alors s’il vous plaît, mesdames et messieurs les donneurs de leçon, arrêtez de nous prendre pour des buses, merci, on sait très bien comment élever nos enfants, mais on finirait presque par l’oublier à force de se faire répéter à longueur de journée qu’on est incompétents.

 

Noël à Pâques 22 mars 2008

Aujourd’hui j’ai reçu mon lot de 16 P’tit en 1 de chez Ptits dessous, avec les inserts ad hoc et quelques doublures pour la nuit, ainsi que des stocks de papier Popli (si ceci vous paraît incompréhensible, voir ici). J’étais comme une gamine devant mon colis, à comparer et à admirer tous les coloris. Même le Coq qui a accepté de passer aux lavables un peu à reculons s’est laissé gagner par mon enthousiasme. Il va me falloir deux jours je pense pour commencer à les mettre en service (le temps de faire le trempage à l’eau froide puis quelques lavages préliminaires), et ensuite ça sera le test grandeur nature.

En tout cas, je suis encore bluffée par la rapidité et l’efficacité de ce site : commande passée jeudi matin et reçue samedi matin. Par contre il faut savoir qu’ils ne travaillent pas le mercredi (le deuxième effet Kiss cool d’être organisé par des mamans ?). Enfin il y avait exactement ce que j’avais commandé, et comme la dernière fois ils avaient tout bien tassé dans un petit colis. Donc si vous êtes tenté par les lavables je ne peux que vous recommander ce site : articles de qualité, prix raisonnables (et les tarifs sont dégressifs si vous en commandez beaucoup, voir la page Packs journée), livraison express, que demande le peuple ? Bien sûr si vous en avez testé d’autres et avez été satisfait n’hésitez pas à le partager dans les commentaires !

 

Question existentielle 13 mars 2008

Filed under: J'avoue — poulepondeuse @ 1:53
Tags: , , ,

chewbacca + ligne blanche = poupoule

Pourquoi, alors que mon poussin a passé les 9 mois, ai-je encore une (faible) ligne de grossesse ? Et des poils sur le ventre (effet secondaire possible de la grossesse généralement passé sous silence par les livres et magazines sur le sujet…) ? La sage-femme de la maternité m’avait pourtant promis que ces deux manifestations hormonales disparaîtraient dans les six semaines suivant l’accouchement. Encore une illusion foulée aux pieds…

 

Débâcle au poulailler 3 mars 2008

Filed under: J'avoue — poulepondeuse @ 10:33
Tags: ,

Un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

Inventa pour punir les crimes de la terre,

La Peste la Gastro (puisqu’il faut l’appeler par son nom)

Capable d’enrichir en un jour l’Achéron les égouts

Faisait aux animaux au poulailler la guerre.

Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés.

On n’en voyait point d’occupés

A chercher le soutien d’une mourante vie ;

Nul mets n’excitait leur envie

(etc etc, voir http://poesie.webnet.fr/poemes/France/lafontai/8.html pour la suite)

Bon dès qu’on a trouvé un baudet sur lequel faire haro je reviens.

 

La poule pondeuse et la coupe de sang 27 février 2008

Autant vous le dire tout de suite, ce billet au titre racoleur est un billet de filles. Alors coqs, chapons et poulets, du balai ! C’est un sujet qui n’est pas tout à fait dans la thématique générale du blog, mais ce truc est tellement génial que j’essaie activement de convertir des nouveaux adeptes (à côté les témoins de Jéhovah c’est des petits joueurs). Ne laissons pas courir plus loin votre imagination fertile.

Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe une alternative aux tampons et aux serviettes : la coupe menstruelle réutilisable. En ce qui me concerne je l’ai découverte par hasard en traînant sur le net. Il s’agit d’une coupe en silicone qu’on place dans le vagin. Elle se colle hermétiquement à la paroi et récupère le sang. Quand elle est pleine, on la vide dans les toilettes, on la rince et on la remet.

Ce système a l’air assez gore à première vue mais en fait il présente de nombreux avantages :

  • écologiques : 0 déchet, par rapport à toutes les serviettes et tampons qui ne sont pas recyclables ni biodégradables, sans compter leur fabrication avec plein de vilains produits
  • économiques : une coupe est censée durer 10 ans. elle coûte environ 25-30€. Même si on ne la garde que 5 ans, ça reste très avantageux
  • physiologiques : un tampon absorbe tout, le sang et les sécrétions vaginales. Du coup ça peut conduire à un déséquilibre de la précieuse flore vaginale et entraîner des problèmes style mycose, voire le rare mais flippant syndrome du choc toxique (lisez l’avertissement qui figure sur toutes les boites/modes d’emploi de tampons). La coupe ne fait que recueillir les écoulements naturels donc ne perturbe pas le précieux équilibre de l’écosystème vaginal. Pas non plus de vilains produits chimiques, la coupe est 100% silicone médical, donc totalement inerte chimiquement.
  • pratiques : on a juste besoin de sa coupe, donc pas besoin de se prendre la tête avec les stocks de serviettes/tampons (ni de se taper l’affiche au supermarché pour les timides : « ici la caisse 5, je voudrais le prix des tampax avec applicateur super plus »). Comme la coupe n’absorbe pas, contrairement à un tampon, on peut commencer à la porter un peu avant le début des règles (on peut aussi s’entraîner à la mettre et à l’enlever entre 2 cycles). Pas la peine de se demander comment aller discrètement aux toilettes avec son tampon super plus, puisque la coupe est déjà sur soi. A savoir aussi qu’une coupe contient plus qu’un tampon, donc la plupart des femmes (dont moi), n’ont besoin de la vider que matin et soir. Pas de fil qui risque de dépasser. Seul entretien, stériliser la coupe en la faisant bouillir 5 minutes entre 2 cycles.
  • confort : si elle est bien mise, on ne la sent absolument pas (ça paraît incroyable vue la taille de l’engin mais je confirme). La coupe est mieux adaptée à la fois pour les flux légers (pas la sensation de râpe du tampon) et pour les flux très abondants (pas de fuite, pas la peine de la vider toutes les 1/2h). Certaines filles disent qu’elles ont moins de crampes et de douleurs de règles qu’avec des tampons. A mon avis rien que pour l’aspect confort ça vaut le coup.

Bon il y a quand même quelques inconvénients :

  • c’est pas hyper simple à mettre et à enlever au début, en général on compte 3-4 cycles pour maîtriser à peu près l’engin (à ce niveau-là je dirais que c’est un peu comme les lentilles de contact…). Personnellement le premier cycle était un peu erratique (avec quelques fuites) et ensuite plus une seule goutte n’a débordé.
  • il faut être à l’aise avec son corps, ne pas avoir peur d’y mettre les doigts (voire plus…). Apparemment c’est compatible avec un hymen intact, mais bon c’est clair que moi à 14 ans j’aurais pas été foutue de me dépatouiller avec un engin pareil. Enfin il y a des adolescentes vierges qui l’utilisent sans problème (d’après les forums).

Mais l’internet est plein de ressources et notamment des super forums avec plein de filles qui ont eu plein de problèmes et trouvé plein de solutions. Et là où elles sont toutes d’accord c’est « ce truc est génial, jamais je ne remettrai de serviette ou de tampon ».

Personnellement je trouve que c’est tellement plus agréable et confortable que rien que pour ça tout le monde devrait essayer. Parfois quand je la porte j’ai envie d’arrêter toutes les femmes dans la rue pour leur en parler tellement je trouve ça génial (oui oui je vais reprendre un petit cachet rose et partir gentiment avec le monsieur en blanc). Mon rêve serait qu’on trouve un système équivalent pour les couches de bébé…

Pourquoi on n’en entend jamais parler ? Je déteste les théories du complot en tout genre, mais bon il est clair que les entreprises qui vendent des serviettes et tampons ont des moyens bien supérieurs de marketing à celles qui font les coupes. Et ça n’est pas trop dans leur intérêt de proposer une telle solution alors qu’on peut leur acheter des produits tous les mois. Apparemment les premières coupes ont été développées dans les années 50 mais à l’époque il était inacceptable que les femmes se mettent les doigts dans le vagin donc à la place sont apparus les tampons avec applicateur.

Si vous voulez en savoir plus, il existe plusieurs marques/modèles, dont voici un échantillon :

coupes

(photo : http://maedchenblog.blogsport.de/?p=74 ; cliquer pour agrandir)

http://www.mooncup.co.uk/menstrual_cup_en_francais_la_coupe_menstruelle__france.html
http://www.divacup.com/fr/debut.html
http://www.lunacup.fr/
http://www.keeper.com/

http://femmecup.com/

http://french.ladycup.eu/

http://afriska-fr.de.tl/Coupes-menstruelles.htm (avec plein de photos et de trucs en français, mais pas très à jour concernant les dernières nouveautés)

http://menstrualcups.org/ (THE forum, en anglais, mais il y a des réponses à tous les problèmes, et si on ne trouve pas, on obtient des réponses personnalisées dans la journée)

(je sens qu’il va y avoir des requêtes google déçues avec ce billet)

 

Le chant prénatal 26 février 2008

castafiore Dans la série « J’ai testé pour vous », la Poule pondeuse présente : le chant prénatal. En fait c’est un vrai-faux test, car je n’ai jamais mis les pieds dans un cours de chant prénatal. Il faut dire que je pratique le chant classique depuis bien 10 ans maintenant, alors passer deux heures à apprendre la respiration abdominale et à faire « ééééééé uuuuuu aaaaaa », merci mais très peu pour moi. Par contre, j’ai passé du temps, la main délicatement posée sur ma grosse bedaine, à chanter doucement et bien concentrée sur Junior (c’était le petit nom du poussin in utero) une petite sélection de quelques chansons amoureusement choisies, et toujours les mêmes. Je me voyais déjà prenant un petit poupon désespéré, hurlant à la mort, que rien ne semblait pouvoir calmer, et l’apaiser en quelques instants avec un doux refrain.

Autant briser le suspense tout de suite : ça n’a pas marché. Le petit gros poupon désespéré, hoquetant de rage, il n’en avait rien à carrer de ma jolie chanson. Limite s’il la supporte quand il est déjà de bonne humeur. Ramasse tes dents la poule. Cela dit, de faire des sons bizarres ça m’a bien aidée pendant les contractions. Je faisais un genre de « bbbouuuuuu » régulier et un peu grave, et comme il était 4 heures du mat’ et que le coq dormait du sommeil du juste, il faisait des rêves bizarres avec une sorte de téléphone portable géant en mode vibreur.

Tout ça pour dire, c’est sympa de chanter mais il n’y a pas de résultat garanti.