La basse-cour de la poule pondeuse

Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

Choisir des vêtements de bébé 3 février 2008

tshirtVous voulez faire un cadeau de naissance. Vous optez comme la plupart des gens pour des vêtements. Commencez par vous poser cette question simple : connaissez-vous vraiment les goûts des jeunes parents ? Etes-vous sûr(e) qu’ils aimeront cet adorable pyjama vert fluo avec un gros Winnie l’ourson ?
La suite s’applique aussi aux futurs et jeunes parents désireux d’habiller leur progéniture.

Premier problème : taille et saison. Il faut savoir que les bébés dont l’âge et la taille de vêtement correspondent sont assez rares. Et que la croissance des chérubins est rarement régulière.
Règle n° 1 : Ne pas acheter une taille inférieure ou égale à l’âge de l’enfant (sauf si vous voulez habiller le petit frère)
Règle n°2 : Si vous décidez de voir loin, et donc d’offrir du 12-18-24 mois à un petit bébé, évitez de prendre un vêtement trop typé sur une saison (comme un short ou une salopette doublée en polaire). On ne peut pas savoir à l’avance si l’enfant fera du 12 mois à 6 ou à 15 mois. Et c’est en tant que mère qui doit mettre des shorts (avec des collants quand même, ou plutôt des babylegs) au mois de janvier à son fils sous peine de ne jamais les sortir du placard que je vous parle. Une salopette ou un pantalon long en coton ou en jean sera nettement plus prudent.

Deuxième problème : les vêtements qui ne vont avec rien. C’est vrai, ce petit pull à rayures vertes et jaunes est adorable. Mais sachant que la garde-robe du bébé comporte déjà trois salopettes à rayures (dans l’autre sens, les rayures) et deux pantalons à carreaux (bleus et rouges), avec quoi va-t-il le mettre ? D’autant plus que sur 60 cm, les contrastes sont encore plus criants que sur 1m80. Encore un vêtement qui risque d’être porté deux fois.

Troisième problème : les vêtements pas pratiques. Avant 6 mois (en âge de l’enfant, pas en taille), il vaut mieux éviter les gilets zippés. Certes ça a l’air pratique. Mais un bébé n’a quasiment pas de cou et avant de tenir assis, il est tout tassé. Donc le zip lui cisaille le dessous du menton, ce qui n’est pas très agréable. Sa posture (et le fait qu’il a un gros bidon) entraîne aussi un mouvement anti-gravitationnel de son t-shirt. Ainsi, un adorable ensemble t-shirt pantalon le condamne à se retrouver le nombril à l’air. A 3 mois, c’est dommage. Je n’ai pas testé les petites filles, mais j’ai cru comprendre que c’est le même problème avec les petites robes. Mieux vaut tabler sur salopettes, bodys et combinaisons. Pensez aussi au système d’ouverture. Les tout petits bébés (jusqu’à 1-2 mois, mais ça dépend des specimens) n’aiment pas trop qu’on leur enfile des trucs par la tête. Et il est essentiel de pouvoir accéder au fessier du poussin sans le déshabiller complètement (malheureusement il y a des gens pour vendre des salopettes non pressionnées à l’entrejambe et d’autres pour les acheter).

Et dans tous les cas, demandez un ticket d’échange (et choisissez une boutique facile à trouver). Des t-shirts qui sont sûrs de plaire : c’est ici.

(Bon je râle, je râle, mais évidemment j’adore recevoir des cadeaux pour mon poussin -Noël pendant tout l’été, génial !- et je suis infiniment reconnaissante à tous ceux qui ont eu la gentillesse de nous gâter. Et nous avons reçu beaucoup de petites tenues totalement craquantes. C’est juste que je trouve ça vraiment dommage de voir certaines de ces adorables attentions rester dans l’armoire.)

Publicités
 

Bienvenue dans la basse-cour 1 février 2008

Mais chez qui avez-vous mis les pieds (virtuellement s’entend) ? Depuis juin 2007, je suis la maman d’un joli poussin. Dès le début de la grossesse, j’ai commencé à me poser un tas de questions. Où accoucher ? Quelle poussette acheter ? Vais-je avoir des vergetures ? Comment va-t-on installer sa chambre ? Mais va-t-il seulement y dormir, dans cette fameuse chambre ? Et ça n’est pas allé en s’arrangeant, encore moins après la naissance. Heureusement, les ressources ne manquent pas : famille, amis, livres, magazines, et surtout le net. Informations, blogs ou forums sur la question sont légion. J’ai donc avancé, expérimenté, testé, approuvé (ou pas), et maintenant vient l’heure de partager. Je ne prétends pas vous expliquer comment élever votre enfant, j’ai peut-être les chevilles enflées mais il y a des limites. Je voudrais que ce blog soit un espace où tous ceux que ça intéresse pourraient venir discuter de la parentalité et des petits et grands problèmes qui s’y rattachent. Un endroit où on puisse trouver des idées et des pistes pour se sentir bien en famille, que ce soit sur les soucis pratiques du quotidien ou sur les grandes questions qui nous taraudent. Parents en panique, matriarches magnifiques, géniteurs gémissants, pères protecteurs ou gallinacées en goguette, soyez tous les bienvenus dans la basse-cour de la poule pondeuse.