La basse-cour de la poule pondeuse

Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

Stériliser or not stériliser, that is the question 15 avril 2008

Suite à une petite conversation en commentaire avec anne, je suis allée fouiller sur le site de l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), qui a émis un certain nombre de recommandations sur les biberons (préparation, conservation, nettoyage). Celles-ci concernent à la fois les biberons de lait maternel et de lait maternisé, donc peuvent intéresser le plus grand nombre.

On peut trouver le rapport complet ici (116 pages -mais la moitié est une traduction en anglais-, avec certaines parties concernant les crèches et les services pédiatriques, pas passionnantes) et un petit résumé sous forme de questions-réponses (mais moins complet forcément).

Leur conclusion est claire : de façon générale, il n’y a pas lieu de stériliser les biberons. Par contre il faut les laver minutieusement (si au lave-vaisselle, la température doit être d’au moins 65°C), et les faire sécher à l’air libre (jamais au torchon). Si on ne peut pas les faire sécher, il faut les laisser au frigo. Et bien sûr toujours se laver les mains avant de préparer un biberon.

Pour utiliser un tire-lait, il faut le laver d’abord à la main puis éventuellement au lave-vaisselle. Il est recommandé de passer à l’eau bouillante (pas l’eau chaude du robinet qui est un nid à microbes) la téterelle et le flacon de recueil, et de les laisser refroidir à sec. Ne pas utiliser de stérilisation chimique à froid (pourquoi, mystère). Par contre le récipient de conservation n’a pas besoin d’être stérile du moment qu’il est bien propre (comme expliqué plus haut). Là je ne comprends pas trop pourquoi il faut ébouillanter le flacon de recueil mais pas celui de conservation. Si quelqu’un a une explication… Sans compter que s’il faut faire bouillir son tire-lait au boulot, on est mal barrées.

D’après le rapport, les stérilisateurs vendus dans le commerce ne remplissent par ailleurs pas les normes actuelles pour être qualifiés de procédés de stérilisation (ce qui ne veut pas dire qu’ils soient totalement inefficaces non plus).

Conservation du lait maternel : 4 h à température ambiante, 48 h au frigo, 4 mois au congélateur.

Conservation du lait maternisé : 1 h à température ambiante, 30 h au frigo.

Dans tous les cas, il faut le mettre au frais le plus vite possible. Si on veut remplir un biberon par étapes (par exemple avec la coquille recueil lait -totalement ignorée par le document, dommage), il faut refroidir le nouvel apport de lait avant de le mélanger au reste (qui est bien sûr déjà au frigo). Et attendre que le biberon soit totalement rempli pour le congeler. Apparemment les bacs à glaçon pour la surgélation ne font pas partie des contenants recommandés (flacons/biberons en polypropylène, polycarbonate ou verre), même s’il peut être bien pratique.

A noter que l’eau utilisée pour les biberons ne doit pas venir d’un dispositif de filtration (type carafe Brita par exemple), qui auraient tendance à accumuler les bactéries. Et l’eau embouteillée doit être (une fois ouverte) conservée au frigo, et pas plus de 24 heures (ha, ha, ha). Sachant qu’il ne faut pas chauffer les biberons au micro-ondes (hi, hi, hi).

Notez que l’Afssa ne recommande pas en général de chauffer les biberons ; nous avons d’ailleurs vite proposé cela au poussin qui heureusement a été d’accord : c’est vraiment beaucoup plus pratique (surtout en déplacement).

Que faire de toutes ces recommandations ? A mon humble avis, s’en inspirer au quotidien, mais rester cool, surtout quand le poussin commence à utiliser ses petites menottes pour porter tout ce qui passe à sa jolie petite bouche édentée… Quelle est l’utilité de donner des biberons stériles alors qu’il est en train de mâchonner votre chaussure qui sort du métro ?

Publicités
 

17 Responses to “Stériliser or not stériliser, that is the question”

  1. Blandine Says:

    Les temps changent et la stérilisation aussi…
    Après avoir tout stérilisé (jusqu’à la pipette de Motilium!) pour l’aîné, le petit frère a subi ma « négligence », pas de stérilisation pour les quelques biberons qu’il prend!

  2. anne Says:

    mon 1er commentaire n’est pas passé, je pense, alors je recommence ! (ne vous étonnez pas si vous le voyez 2 fois donc …..)
    Alors: je n’ai jamais stérilisé de biberons, et nous utilisons l’eau du robinet légèrement chauffée au micro-ondes … (Blandine m’avait déjà dit que cela n’était pas bien…. mais l’eau sort vraiment fraiche.) les tous 1ers bib étaient à l’eau minerale, à température ambiante.
    Mais encore une fois, il faut faire comme on le sent ! (Ma soeur stérilise tout pour sa puce née prémturément )

  3. @Blandine : et je suppose qu’il est tout malade et scrofignoleux le pauvre ? 😉

    @anne : désolée, c’est super énervant les commentaires qui passent pas. Pour l’eau du robinet, Grandsenne recommande de remplir le biberon d’eau quelques heures à l’avance pour qu’elle soit chambrée. Je n’ai pas testé (notre eau est pas super bonne donc c’est cristaline chez nous) donc je ne peux pas dire si c’est vraiment pratique.

  4. anne Says:

    Chère poule pondeuse,
    et que penser du lait de croissance à partir de 1 an à la place du lait de vache « normal » ?
    les laits de croissance sont sucrés et je ne tiens pas à habituer poussin au sucre… Mais le lait normal est dit trop gras pour nos poussins….
    big question !!

  5. Blandine Says:

    Beaucoup de personnes remplacent le lait de croissance par du lait de vache.
    Mais je crois que le problème se situe entre lait entier (plus de riques d’allergies) ou lait demi-écrémé (pas assez riche).
    Le pédiatre nous a conseillé de continuer le lait de croissance au delà des 3ans de Poussin n°1 qui a un petit appétit et ne grandit/grossit pas beaucoup (11kg à 3 ans 1/2).
    Cela lui permet d’avoir un apport journalier minimum notamment en Fer.
    Quand nous sommes en panne du fameux lait, il prend sans problème le même lait que son Papa!

  6. Il semblerait que le lait de croissance soit quand même plus adapté aux petits poussins : plus riche en fer et en acides gras, moins de protéines un peu indigestes. Voir par exemple ce lien : http://www.enfant-magazine.com/bien-manger/index.jsp?docId=2291871&soustheme=30690
    (certes on pourra toujours les accuser d’être à la solde des industriels…)

    Pour le sucre, il faut savoir que le lait maternel est un des laits les plus sucrés ! Donc si on part du principe que le lait, de vache ou de croissance, remplace le lait maternel, autant prendre celui qui s’en rapproche le plus.

    Beaucoup d’enfants ne prennent pas de lait de croissance et ne s’en portent pas mal pour autant, mais ça a quand même l’air plus adapté. Je reste un peu perplexe même si plutôt favorable.

  7. Fleur Says:

    @Blandine : le lait entier est plus riche en graisses… pas en protéines… il n’est donc pas plus à risque en terme d’allergies…
    en revanche, si l’on compare la prise de poids d’un veau et celle d’un humain dans leurs premiers mois/années de vie… on comprend que le lait entier ne soit pas toujours recommandé! 😉

    @la poule : juste pour le plaisir du pavé dans la mare… on peut aussi continuer avec le lait maternel, non? (non, je ne milite même pas à la LL)

  8. Bien sûr qu’on peut encore allaiter ! C’est évidemment le top pour le poussin. Mais la question était lait « normal » ou lait de croissance alors j’ai cru comprendre que le lait maternel n’était pas/plus une option pour le cas d’anne. Sinon je suis tout à fait d’accord, sans adhérer non plus à LLL…

  9. Fleur Says:

    mais oui, mais oui… j’ai dit que c’était juste pour jacasser!!

  10. anne Says:

    merci de vos réponses. vous faîtes pencher la balance, mais un peu à contre coeur…. j’ai l’impression de me faire avoir pas le grand Kapitalisme 😉

  11. @Fleur : 😉

    @anne : si ça peut te rassurer, l’INPES recommande aussi le lait de croissance
    http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/890.pdf
    p.15
    (et pour Fleur : ils sont aussi très pro-allaitement…)

  12. Fleur Says:

    en même temps, je dois avouer ma totale incompétence en la matière : mes filles n’ont pas seulement été longuement allaitées… elles sont surout allergiques au laitde vache (et autres mammifères)!

  13. Mathilde Says:

    Bonjour, je suis toute émue….c’est ma 1ère contribution à ce site. Grâce à Anne qui me pousse à faire tout ce que je fais…non, bon, ok

    Voici ma modeste contribution à cette discussion sur le lait post-lait maternel contre ou pour les autres laits :

    Ma pédiatre qui est homéo et pro médecines douces et tout le tralala trouve déjà que le lait de croissance est trop cher donc inutile. A bas le Kapitalism hein Anne ?

    Sinon, j’ai testé d’autres choses car elle pense que diversifier les apports en protéines animales et végétales c’est mieux, suivant bien sur les besoins de l’enfant. En gros : un peu de vache, un peu de soja, un peu de chèvre, un peu de lait d’amandes, de lait de riz…j’ai même une feuille avec les différents apports !

    Alors, vous les appelez poussins c’est ça ? donc :
    – mon poussin n°1 avait elle aussi des soucis pour grandir et prendre du poids donc nous sommes restés très longtemps au lait deuxième âge en boite (vers 18 mois) jusqu’à passer au lait de vache demi-écrémé…qu’elle continue à boire sauf en cas de gastro (voir + bas)
    – mon poussin n°2 qui a, lui, une évolution en terme de poids et de taille plutôt vers le haut contrairement à sa grande soeur chérie est passé au lait de vache demi-écrémé directement à un an. Ceci dit, comme il a des problèmes d’acidité de l’estomac donc de caca qui pue (ça y est j’ai dérapé Anne) et diarrhées, elle l’a mis au lait de soja. Et puis, oui, selon ma pédiatre toujours, les protéines de lait de vache, c’est très mauvais pour les terrains chroniques d’otites et de bronchites…à éviter donc….
    Côté yaourts, aussi, on change…

    Bon, je crois que j’ai tout dit. Cela n’engage que moi of course et je pense surtout que ce n’est pas la peine de trop se prendre la tête. Il faut s’adapter aux besoins des cocottes chéries et des cocos chéris qui ont eux aussi leurs goûts et leurs besoins.
    A bientôt

    PS : un très bon site que le tien poulepondeuse. Bravo !

  14. anne Says:

    Merci pour tous ces conseils, je vais donc essayer de di-ver-si-fier !

  15. anne Says:

    je viens de lire le rapport, il est très instructif, merci pour le lien

  16. @ Mathilde : bienvenue et merci de t’investir comme ça dès ta première visite. Diversifier les apports est une bonne idée ; ceci dit je ne suis pas sûre que le lait de croissance soit plus cher que les laits de chèvre ou amande, et on le trouve généralement plus facilement. Mais clairement c’est une démarche globale, peut-être que l’idéal est de donner une alimentation aussi variée que possible, avec le lait de croissance comme « filet de sécurité » si on n’a pas le temps/courage/les idées pour donner des repas super équilibrés.

    @ anne : après de tels débats tu dois être encore plus perdue qu’au début finalement 😉


Les commentaires sont fermés.