La basse-cour de la poule pondeuse

Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

Le top des maternités 26 mars 2008

shepherd L’Express vient de publier son célèbre palmarès des maternités. On peut le voir ici, département par département. Ce n’est pas vraiment un classement, car il n’y a pas de maternité idéale. Cela dépend en effet des attentes qu’on a vis-à-vis de ces établissements, et notamment le niveau de médicalisation et d’intervention qu’on souhaite. Par ailleurs certaines grossesses, identifiées comme à risque, vont être systématiquement orientées vers des institutions de niveau 2 ou 3, ce qui limite le choix. Il faut savoir que ces niveaux correspondent aux possibilités de réanimation pour le bébé : pour la mère tout est disponible dans toutes les maternités (notamment un bloc opératoire avec personnel compétent pour faire une césarienne). Le niveau 1 est le plus bas, tandis que le niveau 2 implique la présence d’un service de néo-natalogie pour les nouveaux-nés de plus de 33 semaines et le niveau 3 un service de réanimation pour l’accueil des mini-poussins. En plus de ces informations, l’étude fournit pour chaque institut le niveau d’infections nosocomiales, le nombre d’accouchements par an, et les taux d’accouchements multiples (jumeaux et plus), de césariennes, de transfert vers un autre hôpital et de bébés de petit poids (< 2.5 kg). A noter que j’ai repéré quelques boulettes dans le classement parisien, donc les informations ne sont peut-être pas toute super fiables (par exemple la Pitié est présentée comme niveau 3 alors que c’est un niveau 2, ou encore on nous donne des chiffres pour St Joseph et pour Bonsecours, alors que Bonsecours est la maternité de St Joseph…)

Pour chacun de ces facteurs, le site vous donne également la moyenne nationale comme référence (en glissant la souris sur le titre de la catégorie, subtil non ?). Evidemment, les niveaux les plus élevés ont généralement les taux les plus élevés de césariennes, naissances multiples et petits bébés, puisqu’ils récupèrent tous les cas à problème. Il me semble logique qu’ils soient donc au-dessus de la moyenne nationale. Cependant le site constate que le taux de césariennes est plus élevé dans le privé que dans le public, alors même que le privé ne comporte que des établissements de niveau 1.

C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi d’accoucher dans un grand hôpital public de niveau 3, alors que je ne souhaitais pas une naissance très médicalisée (mais quand même un peu, merci Sainte Péridurale). Réfléchissons ainsi quelques minutes au fonctionnement d’un hôpital par rapport à celui d’une clinique. Dans un grand hôpital (je parle de taille, pas de réputation), il y a 24 h sur 24 un obstétricien, un anesthésiste et un pédiatre de garde (et s’il pouvait y avoir un certain neurochirurgien tant qu’à faire…). Ils sont là pour toute la durée de leur garde, et puis voilà. De plus ils touchent un salaire mensuel fixe, qui ne dépend pas des actes qu’ils pratiqueront (sachant qu’une césarienne coûte plus cher qu’un accouchement par voie basse par exemple). Dans une clinique, hors des heures de bureau, ils sont d’astreinte. C’est-à-dire qu’ils vaquent à leurs occupations habituelles mais en s’engageant à venir fissa si on les appelle. Par ailleurs, ils sont généralement payés à l’acte. Donc à votre avis, qui a le plus intérêt à vous faire une césarienne parce que le travail n’avance pas assez vite ? Non seulement c’est mieux payé, et en plus on sera rentré pour l’apéro. Attention, je ne pense pas que ce soit la façon générale de fonctionner dans les cliniques, où je ne doute pas que la grande majorité des médecins ait une éthique et un dévouement irréprochables, mais plutôt une dérive inhérente à ce type de système, qui serait le fait d’une minorité. Il est aussi tout à fait possible que certaines femmes y demandent des césariennes de convenance (les Anglais les appellent « too posh to push », littéralement « trop snob pour pousser »).

Par ailleurs, je pense que la sage-femme qui s’occupe de vous à l’hôpital est plus motivée puisque c’est elle qui fera votre accouchement au lieu de passer la main au dernier moment. De plus elle aura l’esprit plus tranquille si elle sait que tout rapidement accessible si les choses tournent au boudin, et que du coup elle aura tendance à repousser autant que possible une intervention. Tout ceci peut à mon avis expliquer au moins en partie pourquoi il y a moins de césariennes dans le public, alors même que c’est là que vont les cas pathologiques. C’est d’ailleurs ce que constate cette étude réalisée par le ministère de la Santé : les établissements de niveau 1 ont tendance à pratiquer plus de césariennes « de sécurité » (comprendre : pas forcément nécessaires mais au cas où mieux vaut être paré) que ceux de niveau plus élevé.

Cet article a bénéficié des lumières de la poule accoucheuse, que je vous avais présentée ici.

 

Noël à Pâques 22 mars 2008

Aujourd’hui j’ai reçu mon lot de 16 P’tit en 1 de chez Ptits dessous, avec les inserts ad hoc et quelques doublures pour la nuit, ainsi que des stocks de papier Popli (si ceci vous paraît incompréhensible, voir ici). J’étais comme une gamine devant mon colis, à comparer et à admirer tous les coloris. Même le Coq qui a accepté de passer aux lavables un peu à reculons s’est laissé gagner par mon enthousiasme. Il va me falloir deux jours je pense pour commencer à les mettre en service (le temps de faire le trempage à l’eau froide puis quelques lavages préliminaires), et ensuite ça sera le test grandeur nature.

En tout cas, je suis encore bluffée par la rapidité et l’efficacité de ce site : commande passée jeudi matin et reçue samedi matin. Par contre il faut savoir qu’ils ne travaillent pas le mercredi (le deuxième effet Kiss cool d’être organisé par des mamans ?). Enfin il y avait exactement ce que j’avais commandé, et comme la dernière fois ils avaient tout bien tassé dans un petit colis. Donc si vous êtes tenté par les lavables je ne peux que vous recommander ce site : articles de qualité, prix raisonnables (et les tarifs sont dégressifs si vous en commandez beaucoup, voir la page Packs journée), livraison express, que demande le peuple ? Bien sûr si vous en avez testé d’autres et avez été satisfait n’hésitez pas à le partager dans les commentaires !

 

And the winner is… 16 mars 2008

Filed under: Couches lavables,Ecologie,Tests — poulepondeuse @ 5:18
Tags: , , , , , ,

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas donné de nouvelles de mon test des couches lavables Ptits dessous. Entre la gastro et la reprise du boulot (j’étais en vacances quand j’ai reçu le lot), ça a pris pas mal de temps de tout tester. Et comme c’est quand même un sacré investissement, je veux être sûre de prendre ce qui va le mieux nous convenir. J’avais commandé quatre couches différentes : une P’tit bamboo et une Easy plus, car ce sont les couches recommandées par le site comme les mieux pour débuter, et puis une P’tit technic et une P’tit-en-1, qui étaient mon résultat au test Quel couche lavable choisir ? proposé par le site (mes critères étant rapide à sécher et fesses au sec). En prime j’avais pris les doublures, inserts et culottes de protection assortis à chaque modèle, ainsi qu’une boîte de papier de protection. Voilà mes impressions sur chaque. Les prix sont donnés pour la taille qui m’intéresse (poussin fait 9 kg et des brouettes), sur certains modèles la taille en dessous est un poil moins chère.

Les couches classiques (auxquelles il faut rajouter une culotte de protection imperméable)

  • P’tit bamboo (15€ + culotte et éventuellement doublure 3-3,50€) : ptit bamboo sans doute merveilleuse mais le bambou est juste beaucoup trop long à sécher (plus de 24 heures). Donc je ne l’ai quasiment pas testée, car elle ne nous convient pas.
  • P’tit technic (16,50€ + culotte et éventuellement doublure 3€) : ptit technic elle est en velours et microfibre et sèche très rapidement. Le test de jour OK ; test de nuit avec une doublure en microfibre (en plus de la doublure microfibre/polaire fournie avec) : catastrophe ! ça avait complètement débordé, le poussin était trempé. Il a fallu changer body, pyjama et gigoteuse. J’ai peur aussi que le tissu un peu « poilu » agrippe plus les selles. Il faut savoir que même si vous mettez une doublure en polaire (ceci est valable pour toutes les couches), c’est un rectangle donc elle ne couvre pas toute la couche. Si vous avez déjà changé un poussin, vous savez que le caca de bébé ne reste pas gentiment sur la doublure. Certes il y a le papier mais il y en a toujours un peu qui passe (surtout si les selles sont un peu liquides).

Ces deux couches ont cependant l’avantage d’être utilisables de 5 à 16 kg (pour la taille 2), donc si vous avez un poussin un peu potelé, vous pouvez probablement lui mettre des jetables le premier mois puis utiliser celles-là jusqu’à la propreté. Il faut savoir aussi que deux ou trois culottes de protection suffisent, car il y a juste besoin de les aérer un peu après utilisation. Heureusement car selon les modèles elles ne sont pas données (de 11 à 24 € sur le site).

Les couches tout en un (TE1), qui s’utilisent comme des jetables (sauf qu’on ne les jette pas, enfin on peut, mais vu le prix, bref) :

  • Easy plus (21 € + éventuellement doublure 3€) : easy plus elle est très bien faite car l’intérieur se déplie pour sécher plus vite. Pour la mettre il n’y a plus qu’à rabattre les deux parties, c’est très simple et pratique (si ceci vous paraît totalement incompréhensible, voir le site où il y a une photo). Elle est en coton et polyester, et la couche supérieure est en polaire (fesses au sec). Elle est très pratique (facile à mettre, sèche vite) mais je ne sais pas pourquoi elle a tendance à fuir un peu sur le côté (toujours le même). Je trouve aussi qu’après quelques lavages le coton devient un peu rêche (parce qu’en prime notre eau est très très calcaire). Le test de nuit avec la doublure ad hoc (comme recommandé sur le site) a été une catastrophe : même punition que pour la P’tit technic (pauvre poussin).
  • P’tit-en-1 (14,50€ + insert 6 ou 7€ + éventuellement doublure 1,50-3€) : ptit en 1 c’est une couche à poche, c’est à dire qu’il faut y mettre un insert pour qu’elle absorbe, qu’on peut ensuite faire sécher à part. L’intérieur de la couche est en micropolaire (certifiée Öko-test), tout doux, reste sec et les selles s’en détachent très facilement. Pour le moment pas d’effet « rêche » comme avec la Easy plus. L’insert est disponible en microfibre ou en bambou (ou hybride), j’ai évidemment pris microfibre. Bizarrement, elle ne sèche pas vraiment plus vite que la Easy plus (environ 24 heures aussi). Pas (encore) observé de fuite. Pour le test de nuit, après les catastrophes des deux précédentes, j’ai pris les devants et mis deux doublures en plus de l’insert : une en microfibre et une en bambou (j’ai pris ce que j’avais sous la main). Le résultat : nickel après une nuit de 12 heures ! Le voile en polaire était à peine humide, par contre l’insert et les doublures étaient bien chargés.

Je crois que vous avez compris vers laquelle mon cœur penche… Quitte à acheter trois-quatre doublures en bambou pour la nuit, que je ferai sécher sur le radiateur. En plus chez nous c’est finalement la nounou qui change le plus souvent le poussin, je ne peux pas lui demander de se dépatouiller avec le système couche + culotte alors qu’elle a deux poussinettes de plus à gérer (je sais que des mamans de familles nombreuses s’en sortent très bien avec, mais ce n’est pas la même chose si c’est son choix et son enfant). De la même façon je préfère le tissu « au sec » car elle ne peut pas le changer à chaque pipi (moi non plus d’ailleurs, j’ai la flemme).

Je suis aussi un peu embêtée par cette histoire de tartre, car j’ai peur qu’un anti-calcaire classique n’encrasse les couches (c’est-à-dire qu’il se dépose dans le tissu et les rendent moins absorbantes) et le vinaigre blanc est déconseillé car il flingue les élastiques. Il y a bien les boules magnétiques mais je ne sais pas si c’est efficace (j’habite à Paris, la capitale du calcaire). Si quelqu’un a une idée ou suggestion, je suis tout à fait preneuse.

 

Bébé dis-moi qui tu es 14 mars 2008

Filed under: 0-3 mois,Bibliothèque,Education,Grossesse,Tests — poulepondeuse @ 2:10

grandsenne Aujourd’hui un chouette livre à lire plutôt quand on est enceinte (ou futur papa) : Bébé dis-moi qui tu es de Philippe Grandsenne. En plus il existe en poche donc pas très cher (5,61€ chez les grands libraires online). L’auteur est pédiatre en maternité et en cabinet privé (le même que ma gynéco, incroyaaaaaable non ?). Son credo : les parents n’ont pas la moindre idée de quoi faire avec leur bébé, mais ça n’est pas grave puisque le bébé lui sait très bien ce qu’il lui faut. Il suffit donc d’être attentif à ses signaux et de répondre à ses besoins lorsqu’il le demande. L’auteur se concentre sur la période des cent jours qui suivent la naissance, à l’issue desquels selon lui les enfants se règlent tout seuls, notamment pour la nourriture et le sommeil. Il préconise donc pendant cette période de suivre entièrement le rythme du poussin : nourriture à la demande tant pour les horaires que pour les quantités, pas d’interférence avec le sommeil, et ne pas laisser pleurer l’enfant. Pour ce dernier point notamment, il enfonce bien le clou sur les prétendus caprices et autres manipulations dont seraient coupables les nouveaux-nés. C’est également un ardent défenseur de la parole, dont il explique qu’elle est bien mieux comprise par les poussins que ce qu’on croit généralement. Il insiste aussi sur le fait que la médecine ne doit intervenir qu’en cas de pathologie avérée, et que ce sont les parents qui savent le mieux ce qui est bon pour leurs enfants. Le livre comporte enfin un certain nombre de conseils pratiques (sur la conservation du lait par exemple) et une liste un peu fastidieuse de tous les petits trucs qui peuvent affecter un nouveau-né (acné, ictère, etc).

J’ai bien aimé ce livre car je trouve qu’il aide les parents à prendre confiance en eux (surtout les premiers). C’est un soutien quand on vous dit « mais laisse-le pleurer, tu vas lui donner de mauvaises habitudes », ou même quand l’idée se glisse insidieusement en vous. L’idée d’un seuil à trois mois est séduisante, et beaucoup de parents constatent une transition à ce moment. Malgré tout c’est assez progressif et je dois dire que pour le poussin son calage était plus 3 mois 1/2 – 4 mois. Je dois ajouter que contrairement à ce qu’il dit il y a des bébés qui ne savent pas s’arrêter de téter et mangent trop : la preuve ils vous dégobillent tout dessus trois minutes plus tard.

Finalement une lecture qui fait du bien, et dont on regretterait presque qu’elle ne couvre que trois mois.

 

Give me a sign 12 mars 2008

Filed under: 12-24 mois,6-12 mois,Education,Tests — poulepondeuse @ 2:11
Tags: , , , , , , , , ,

(attention une référence culturelle musicale de haute volée s’est cachée dans le titre)

signe

Je crois que je ne vais pas tester pour vous : signer avec bébé. Mais reprenons depuis le début. Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, j’aime bien zoner sur le net et chercher toutes les nouvelles idées pour me dépatouiller avec mon poussin. Donc fatalement, j’ai fini par tomber sur cette idée : avant que l’enfant n’acquière le langage parlé, on peut lui apprendre des rudiments de langue des signes pour qu’il puisse communiquer plus facilement. Génial, me dis-je : enfin je vais savoir s’il veut encore de la purée, ou plutôt aller changer sa couche. Pour une fois en prime je convaincs le coq de participer à ma dernière lubie. Donc nous allons sur un joli site internet apprendre quelques signes de base (j’adore « papa ») et commençons à assortir nos phrases de gestes façon De Funès dans Rabbi Jacob. Jusqu’ici, tout va bien.

J’en parle avec enthousiasme à ma mère, elle trouve ça naze. Je relativise (entre autres parce qu’elle m’avait aussi dit que je pouvais rentrer de la maternité en voiture avec le poussin dans les bras si le coq ne conduisait pas trop vite). Mais le doute s’est insinué. Deux jours plus tard, je me rends dans un éminent laboratoire de psychologie de l’enfant afin de leur prêter le poussin comme cobaye. Oui, je suis comme ça moi, prête à tout pour la science. En plus on n’a rien eu en échange, même pas un café pour moi. Bref, je profite de ce que je suis avec des pros pour leur demander leur avis.

Eh bien, comme l’avait laissé entendre ma mère, leur opinion est formelle : ça ne servirait à rien. Gloups. La science est formelle : les enfants savent très bien faire comprendre leurs besoins basiques à leurs parents. Effectivement, j’ai réalisé qu’avec 90% de succès environ, le coq et moi savons s’il faut nourrir, changer (l’odeur… quoi que avec les lavables on sent beaucoup moins) ou coucher notre poussin. Et puis la période entre premiers signes et premiers mots serait assez courte, quelques mois au plus.

Du coup, naïfs et influençables comme on est, on a laissé tomber. Je laisse quand même les liens sur le sujet (voir la petite boîte « sites utiles » sur le côté), si il y en a que ça tente. Et je serais très intéressée par les témoignages de ceux/celles avec des enfants plus grands : vous avez essayé ? ou vous pensez que ça aurait pu vous servir ? Les commentaires sont ouverts.

(photo : http://www.forbaby.com.au/modules/babynews/article.php?id=4)

 

Le bébétube 11 mars 2008

bbtube Aujourd’hui, la poule pondeuse a testé pour vous : le bébétube. Kesaco ? Il s’agit -comme son nom l’indique- d’un large tube en tissu, avec des extrémités resserrées (pour mieux maintenir le petit monstre). A quoi ça sert ? A fourrer dedans son poussin pour pouvoir vaquer tranquillement à ses occupations. On peut porter devant « en berceau », sur la hanche ou dans le dos.

Avantages :

  • Super simple et rapide à installer et à désinstaller ; même le Coq qui n’aime pas l’écharpe (trop compliqué) a admis que c’était pratique. Et pas de tissu qui traîne (celles qui ont pris une écharpe de 4m70 alors qu’elles font 1m65 comprendront). On peut aussi passer très rapidement et facilement de la hanche au dos (et vice versa), ce qui est assez appréciable (par exemple si poussin perd son bonnet).
  • Très peu encombrant. Et comme il n’y a qu’une seule couche de tissu, c’est léger pour l’été.
  • Le poussin est en position physiologique, bien assis sur ses cuisses (sauf pour la position du berceau mais c’est un peu particulier).
  • Il paraît que c’est pratique pour allaiter discrètement en toute circonstance ; je ne peux pas vous dire car le poussin est au bib depuis un bail maintenant.
  • C’est plutôt confortable, le poids est réparti entre les épaules et le bassin. A noter que le portage sur le dos n’est pas incompatible avec une poitrine généreuse (je sais de quoi je parle).
  • On peut l’utiliser de 0 à 3 ans (pour le porté bien sûr).

Inconvénients :

  • C’est taillé en fonction du porteur, du coup ça n’est pas évident d’avoir le même pour les deux parents par exemple.
  • Il n’est pas toujours évident de l’ajuster parfaitement (comme l’écharpe par exemple) et le tissu rabattu sur l’épaule peut être un peu gênant pour bouger le bras. Plus de pratique doit aider cependant.
  • Le portage est asymétrique (sur une seule épaule), à la longue c’est un peu usant.

Verdict : parfait pour des utilisations pas trop longues, du style « je sors de la voiture avec 5 paquets + 1 poussin et il faut encore que je marche 5 minutes jusqu’à chez moi », ou encore « mon poussin veut les bras et je voudrais finir de couper les légumes/préparer mon cocktail du soir ». Un peu moins confortable pour une grande balade de trois heures à mon humble avis.

Je l’ai acheté chez Bébésouleil (c’est là que j’ai piqué la photo); il est très joli et pas très cher (25€ port compris). Il y a deux tailles (en fonction du gabarit du porteur), et je ne savais pas trop laquelle prendre pour que ça aille au Coq et à moi. Du coup Alisabel (la patronne-et-unique-employée, qui est super gentille) a proposé de faire une taille 1 1/2, ce qui fait qu’on peut l’utiliser tous les deux. Nous l’avons reçu une semaine plus tard (et sur mesure donc !) avec un mode d’emploi détaillé très clair. Pour être tout à fait honnête, je pense que malgré tout il nous en faudrait un chacun à une taille différente pour être vraiment confortable. On verra à terme si le besoin s’en fait sentir. En attendant je ne peux plus m’en passer !

 

Coup de coeur 5 mars 2008

corazza Si vous voulez lire quelque chose sur la maternité de drôle, très réaliste et pas gnangnan pour deux sous, mettez vite la main sur Je veux un bébé ! (moi non plus !) et Faites des gosses (qu’ils disaient !) de Lynda Corazza. Elle y raconte tout, sans mettre de gants mais sans en rajouter non plus. Pas besoin, le comique de situation est parfaitement mis en valeur par les dessins. Si vous êtes déjà passé(e) par la case bébé, ça vous rappellera de bons souvenirs (et aussi l’occasion d’une bonne tranche de rigolade). Si vous êtes en plein dedans, vous allez peut-être flipper un peu entre deux fous rires (ou rire un peu jaune), n’oubliez pas qu’il y a aussi plein de bons moments (mais c’est moins rigolo à dessiner j’imagine). Et ça doit avoir aussi une portée « universelle » puisqu’une de mes amies pas du tout dans le trip bébé gloussait toute seule sur le deuxième l’autre jour.

En bref, vous vous reconnaîtrez probablement bien mieux que chez Laurence Pertier ou Edwige Annoud. En prime, l’auteur a un blog (déjà référencé dans le blogroll à gauche) où vous trouverez régulièrement un dessin inédit et surtout des liens pour acheter les bouquins (voyez aussi la jolie bannière à gauche). A offrir, s’offrir, se faire offrir de toute urgence.

 

Des nouvelles du front 28 février 2008

corde linge J’ai fait les premiers tests de mes lavables. Pour le moment j’ai essayé chacune des quatre une fois. Globalement, ça s’est plutôt bien passé. La manipulation n’est pas forcément plus complexe, juste un peu différente, à mon avis une fois qu’on a pris ses marques ça doit rouler tout seul. Même les couches dites « classiques » avec culotte de protection n’ont pas été trop difficiles à mettre. Une seule petite fuite est à déplorer, et après plus de 3 heures de port. Et la couche n’avait été « prélavée » qu’une seule fois. Le papier magique est à peu près fonctionnel, et en cas de dégâts un coup de douchette et c’est parti (sur la polaire en tout cas, les autres tissus ne sont pas tombés sur le ticket magique). Pour le moment, je pense donc continuer sur cette voie. Reste à choisir le ou les modèle(s) gagnant(s), mais je me laisse encore un peu de temps.

Je dois dire que malgré tout le bien qu’on dit du bambou, je ne suis pas très chaude sur cette matière car elle est très très longue à sécher (+ de 24 heures). Or j’ai une machine à laver pourrie (essorage max : 750 tr/min), et je ne peux faire sécher mon linge qu’à l’intérieur. Donc c’est un critère très important pour moi, d’autant plus qu’il est clair que je ne pourrai pas faire de lessive tous les jours. J’aime bien aussi l’effet « au sec » et « caca s’en va tout seul » de la polaire. Mais on peut mettre une simple doublure de polaire sur une autre matière donc ça n’est pas gênant. J’aimerais finalement présenter les modèles à la nounou pour qu’elle participe au choix, histoire qu’elle se sente impliquée et que tout se passe bien.

Quelques réflexions pratiques :

  • Il va falloir réorganiser la salle de bains. Autant avec les couches jetables on peut faire un joli petit tas qui prend pas trop de place, autant là ça ne s’empile pas du tout. Un petit panier bien situé serait pas mal à mon avis. Il faut aussi prévoir une aire de transit de la couche sale (hors de portée des petites mains) car si caca il faut aller le vider dans les toilettes. Donc on ne peut pas mettre directement la couche dans le seau. Si nécessaire, il faut aussi pouvoir aérer les culottes qu’on n’utilise pas (je les ai accrochées à la poignée du placard).
  • La garde-robe du poussin risque de passer à la taille supérieure un peu plus vite que prévu. Même les couches dites fines sont plus épaisses qu’une jetable saturée. Par contre j’ai l’impression que le volume n’augmente pas vraiment quand la couche absorbe. En tout cas pas de jean slim pour poussin. Les bodys un peu justes je ne les ai pas fermés ; sinon je ne mets que la pression du milieu pour éviter les fuites.
  • Deuxième effet kiss cool : quatre couches, même avec inserts, doublures et tout le tremblement, ça ne vous remplit pas un lave-linge. Et à trois on n’a pas de quoi compléter tous les jours. Donc tout est super propre chez nous : je viens de laver nos peignoirs et nos draps pour compléter (en deux machines quand même). A ce rythme-là demain j’attaque les rideaux.

Voilà pour cette fois, une fois que j’aurai testé plusieurs fois les couches (et lavé, et relavé, et relavé, en espérant avoir enfin une idée correcte de leur capacité d’absorption), et notamment de nuit je ferai un petit bilan sur les + et les – de chaque modèle.

(image : http://www.journalletoile.com/article-124221-Le-bonheur-dune-corde-a-linge.html)

 

La poule pondeuse et la coupe de sang 27 février 2008

Autant vous le dire tout de suite, ce billet au titre racoleur est un billet de filles. Alors coqs, chapons et poulets, du balai ! C’est un sujet qui n’est pas tout à fait dans la thématique générale du blog, mais ce truc est tellement génial que j’essaie activement de convertir des nouveaux adeptes (à côté les témoins de Jéhovah c’est des petits joueurs). Ne laissons pas courir plus loin votre imagination fertile.

Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe une alternative aux tampons et aux serviettes : la coupe menstruelle réutilisable. En ce qui me concerne je l’ai découverte par hasard en traînant sur le net. Il s’agit d’une coupe en silicone qu’on place dans le vagin. Elle se colle hermétiquement à la paroi et récupère le sang. Quand elle est pleine, on la vide dans les toilettes, on la rince et on la remet.

Ce système a l’air assez gore à première vue mais en fait il présente de nombreux avantages :

  • écologiques : 0 déchet, par rapport à toutes les serviettes et tampons qui ne sont pas recyclables ni biodégradables, sans compter leur fabrication avec plein de vilains produits
  • économiques : une coupe est censée durer 10 ans. elle coûte environ 25-30€. Même si on ne la garde que 5 ans, ça reste très avantageux
  • physiologiques : un tampon absorbe tout, le sang et les sécrétions vaginales. Du coup ça peut conduire à un déséquilibre de la précieuse flore vaginale et entraîner des problèmes style mycose, voire le rare mais flippant syndrome du choc toxique (lisez l’avertissement qui figure sur toutes les boites/modes d’emploi de tampons). La coupe ne fait que recueillir les écoulements naturels donc ne perturbe pas le précieux équilibre de l’écosystème vaginal. Pas non plus de vilains produits chimiques, la coupe est 100% silicone médical, donc totalement inerte chimiquement.
  • pratiques : on a juste besoin de sa coupe, donc pas besoin de se prendre la tête avec les stocks de serviettes/tampons (ni de se taper l’affiche au supermarché pour les timides : « ici la caisse 5, je voudrais le prix des tampax avec applicateur super plus »). Comme la coupe n’absorbe pas, contrairement à un tampon, on peut commencer à la porter un peu avant le début des règles (on peut aussi s’entraîner à la mettre et à l’enlever entre 2 cycles). Pas la peine de se demander comment aller discrètement aux toilettes avec son tampon super plus, puisque la coupe est déjà sur soi. A savoir aussi qu’une coupe contient plus qu’un tampon, donc la plupart des femmes (dont moi), n’ont besoin de la vider que matin et soir. Pas de fil qui risque de dépasser. Seul entretien, stériliser la coupe en la faisant bouillir 5 minutes entre 2 cycles.
  • confort : si elle est bien mise, on ne la sent absolument pas (ça paraît incroyable vue la taille de l’engin mais je confirme). La coupe est mieux adaptée à la fois pour les flux légers (pas la sensation de râpe du tampon) et pour les flux très abondants (pas de fuite, pas la peine de la vider toutes les 1/2h). Certaines filles disent qu’elles ont moins de crampes et de douleurs de règles qu’avec des tampons. A mon avis rien que pour l’aspect confort ça vaut le coup.

Bon il y a quand même quelques inconvénients :

  • c’est pas hyper simple à mettre et à enlever au début, en général on compte 3-4 cycles pour maîtriser à peu près l’engin (à ce niveau-là je dirais que c’est un peu comme les lentilles de contact…). Personnellement le premier cycle était un peu erratique (avec quelques fuites) et ensuite plus une seule goutte n’a débordé.
  • il faut être à l’aise avec son corps, ne pas avoir peur d’y mettre les doigts (voire plus…). Apparemment c’est compatible avec un hymen intact, mais bon c’est clair que moi à 14 ans j’aurais pas été foutue de me dépatouiller avec un engin pareil. Enfin il y a des adolescentes vierges qui l’utilisent sans problème (d’après les forums).

Mais l’internet est plein de ressources et notamment des super forums avec plein de filles qui ont eu plein de problèmes et trouvé plein de solutions. Et là où elles sont toutes d’accord c’est « ce truc est génial, jamais je ne remettrai de serviette ou de tampon ».

Personnellement je trouve que c’est tellement plus agréable et confortable que rien que pour ça tout le monde devrait essayer. Parfois quand je la porte j’ai envie d’arrêter toutes les femmes dans la rue pour leur en parler tellement je trouve ça génial (oui oui je vais reprendre un petit cachet rose et partir gentiment avec le monsieur en blanc). Mon rêve serait qu’on trouve un système équivalent pour les couches de bébé…

Pourquoi on n’en entend jamais parler ? Je déteste les théories du complot en tout genre, mais bon il est clair que les entreprises qui vendent des serviettes et tampons ont des moyens bien supérieurs de marketing à celles qui font les coupes. Et ça n’est pas trop dans leur intérêt de proposer une telle solution alors qu’on peut leur acheter des produits tous les mois. Apparemment les premières coupes ont été développées dans les années 50 mais à l’époque il était inacceptable que les femmes se mettent les doigts dans le vagin donc à la place sont apparus les tampons avec applicateur.

Si vous voulez en savoir plus, il existe plusieurs marques/modèles, dont voici un échantillon :

coupes

(photo : http://maedchenblog.blogsport.de/?p=74 ; cliquer pour agrandir)

http://www.mooncup.co.uk/menstrual_cup_en_francais_la_coupe_menstruelle__france.html
http://www.divacup.com/fr/debut.html
http://www.lunacup.fr/
http://www.keeper.com/

http://femmecup.com/

http://french.ladycup.eu/

http://afriska-fr.de.tl/Coupes-menstruelles.htm (avec plein de photos et de trucs en français, mais pas très à jour concernant les dernières nouveautés)

http://menstrualcups.org/ (THE forum, en anglais, mais il y a des réponses à tous les problèmes, et si on ne trouve pas, on obtient des réponses personnalisées dans la journée)

(je sens qu’il va y avoir des requêtes google déçues avec ce billet)

 

Le chant prénatal 26 février 2008

castafiore Dans la série « J’ai testé pour vous », la Poule pondeuse présente : le chant prénatal. En fait c’est un vrai-faux test, car je n’ai jamais mis les pieds dans un cours de chant prénatal. Il faut dire que je pratique le chant classique depuis bien 10 ans maintenant, alors passer deux heures à apprendre la respiration abdominale et à faire « ééééééé uuuuuu aaaaaa », merci mais très peu pour moi. Par contre, j’ai passé du temps, la main délicatement posée sur ma grosse bedaine, à chanter doucement et bien concentrée sur Junior (c’était le petit nom du poussin in utero) une petite sélection de quelques chansons amoureusement choisies, et toujours les mêmes. Je me voyais déjà prenant un petit poupon désespéré, hurlant à la mort, que rien ne semblait pouvoir calmer, et l’apaiser en quelques instants avec un doux refrain.

Autant briser le suspense tout de suite : ça n’a pas marché. Le petit gros poupon désespéré, hoquetant de rage, il n’en avait rien à carrer de ma jolie chanson. Limite s’il la supporte quand il est déjà de bonne humeur. Ramasse tes dents la poule. Cela dit, de faire des sons bizarres ça m’a bien aidée pendant les contractions. Je faisais un genre de « bbbouuuuuu » régulier et un peu grave, et comme il était 4 heures du mat’ et que le coq dormait du sommeil du juste, il faisait des rêves bizarres avec une sorte de téléphone portable géant en mode vibreur.

Tout ça pour dire, c’est sympa de chanter mais il n’y a pas de résultat garanti.