La basse-cour de la poule pondeuse

Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants

La diversification alimentaire (1) 2 avril 2008

Suite à la demande de kim/helene, j’aborde aujourd’hui ce sujet épineux. Un vaste débat, sur lequel les spécialistes s’écharpent copieusement, et sortent sans ciller des déclarations strictement contradictoires à quelques années d’intervalle. De quoi s’arracher les cheveux. Et en attendant il faut bien nourrir nos poussins, dans un contexte où on nous abreuve déjà de recommandations alimentaires contraignantes en continu avec à la clé les pires menaces pour notre santé si on ne les suit pas rigoureusement. Le stress total.

J’ai poussé le sens du sacrifice jusqu’à acheter le magazine Parents de ce mois-ci (bon OK j’ai un penchant coupable pour la lecture de magazines, de préférence à faible valeur intellectuelle ajoutée), qui consacre un article aux nouvelles règles de la diversification. Celui-ci est basé sur un papier récent pondu par le comité Nutrition de la très sérieuse European society for paediatric gastroenterology, hepatology and nutrition (ESPGHAN), qui s’est lui-même largement inspiré des recommandations de l’OMS. A priori, il s’agit donc des connaissances scientifiques les plus précises et les plus pointues du moment. Par ailleurs ils reconnaissent de fortes variations dans les recommandations et les pratiques adoptées tant entre pays européens qu’au sein de chaque Etat. C’est vous dire l’imbroglio !

Pour une fois la plupart des études qui ont conduit à ces recommandations ont été faites sur des enfants allaités, et les auteurs reconnaissent qu’il y a très peu d’infos sur ceux nourris au lait maternisé. Cependant, même si des différences sont probables, ils préfèrent proposer des recommandations générales pour éviter d’ajouter à la (grande) confusion déjà en place. Et au passage ils signalent que l’OMS a publié de nouvelles courbes de croissance pour les enfants allaités, sauf que je n’ai pas réussi à mettre la main dessus, grmbl.

Voici leurs principales recommandations :

  • Il est souhaitable d’allaiter exclusivement jusqu’à 6 mois. Ne pas introduire d’autre aliment (solide ou liquide) que le lait (maternel ou maternisé) ou l’eau avant 17 semaines, et commencer au plus tard à 26 semaines
  • Attendre pour introduire des aliments potentiellement allergènes (comme le poisson et l’oeuf) n’a pas montré d’efficacité pour éviter les allergies, même chez les enfants « à risque ». Par contre l’allaitement exclusif jusqu’à six mois est la prévention la plus efficace.
  • Pendant la diversification, plus de 90% des besoins en fer de l’enfant doivent être couverts par les aliments solides, qui doivent donc être riches en fer.
  • Ne pas remplacer le lait maternel ou maternisé par du lait de vache avant un an, notamment à cause de sa faible teneur en fer
  • Il vaut mieux introduire le gluten entre 4 et 7 mois, de façon progressive et de préférence pendant que l’enfant est encore allaité, pour réduire notamment les risques d’allergie et de diabète.
  • Les bébés végétariens doivent consommer un minimum de 500 ml par jour de lait et produits laitiers, et un régime végétalien n’est pas recommandé pour eux (ni pour leur mère si elle allaite exclusivement).

D’autres idées et constatations intéressantes glanées lors de la lecture de ce papier :

  • Forcer un enfant à manger un aliment tend à augmenter son aversion pour celui-ci, tandis que l’interdiction d’un autre va le rendre plus désirable (ce sont des observations statistiques, pas un simple raisonnement logique !).
  • Les nouveaux-nés sont naturellement attirés par le sucré, mais la nourriture qui va leur être donnée peut significativement atténuer cette tendance.
  • Sans surprise, les boissons sucrées et jus de fruit ne sont donc pas recommandées, et surtout pas dans un biberon au lit (notamment pour le risque de carie).
  • Les très jeunes enfants doivent avoir au moins 25% de gras dans leur alimentation (une grande partie est fournie par le lait), surtout s’ils mangent peu ou sont sujets à des infections chroniques.
  • Au niveau du développement psycho-moteur, les auteurs considèrent que vers 6 mois le poussin sait manger à la cuillère (plutôt que d’en téter le contenu, en gros), vers 8 mois peut « gérer » de la nourriture grossièrement hâchée, avec de petits morceaux, et entre 9 et 12 mois acquière la capacité de se nourrir et de boire seul, surtout avec les doigts. A ce moment-là, il peut commencer à avoir un régime très proche de celui du reste de la famille.

Voilà donc l’état de l’art de la science sur le sujet, ça ne veut pas dire qu’il faut tout suivre aveuglément (d’autant plus qu’on risque de nous dire encore autre chose dans quelques mois/années). Mais au moins on peut faire ses choix en connaissance de cause. Dans un prochain billet, quelques idées d’ordre plus pratique.

Publicités
 

10 Responses to “La diversification alimentaire (1)”

  1. Julie Says:

    je pense qu’en plus de ces regles dictées par le coprs médical, il faut aussi prendre en compte l’avis et les envies du bébé. La mienne a voulu gouté super tot à d’autres choses, très curieuse de ce qu’on avait dans les assiettes, a demander et tout ca.
    j’ai commencé la diversification à 4 mois (carotte et pomme pour les debuts), et ca lui a bien plus à la nenette!!! j’y suis allée très doucement (trop à son gout), mais je n’ai eu aucun pb, pour le moment, d’allergie, de mauvaise digestion et tout ca.

    après y’a des bébés qui vont etre moins demandeurs je pense.

  2. @Julie : Tout à fait d’accord. Comme je disais, aucune obligation de suivre aveuglément ces règles ! Juste quelques repères parmi toutes les recommnadations contradictoires…

  3. anne Says:

    je pense aussi que l’on pratique une diversification très différente pour poussin n° 1 et poussin n° 3 ou 4 ou 5…. et le petit dernier ne s’en porte pas plus mal … vous pensez, goûter à tout ce que mangent ses frères et soeurs !

  4. Tu me coupes l’herbe sous le pied : je voulais justement en parler dans le billet n° 2…

  5. Kinoui Says:

    Coucou !
    Merci pour ton commentaire sur mon blog. Je me demandais si tu avais des adresses de boutiques e-bay vendant la coupe menstruelle.
    J’aime beaucoup ton blog, il est très instructif. Je repasserai.

    Bises

    Kinoui

  6. J’ai répondu directement sur ton blog. A bientôt j’espère !

  7. helene Says:

    Merci La Poule pour cet article !

  8. De rien, je prépare la suite !

  9. Fleur Says:

    Les nouvelles courbes de croissance de l’OMS sont là : http://www.who.int/childgrowth/standards/en/

    Quant à la nouvelle étude sur l’introduction précoce des solides et les allergies… elle reste unique et ne fait pas (encore?) l’unanimité!
    Ce qui la fait, en revanche, c’est qu’il n’est pas bon d’introduire trop tardivement certains aliments (l’oeuf au delà de 2 ans, par exemple…). Enfin, tout cela est bien complexe et ce n’ets malheureusement pas au bout de quelques mois de diversification que l’on peut montrer ou non l’impact de cette diversification sur d’éventuelles allergies!!

    Ici, Nutella pour personne!
    L’aînée a été diversifiée à 6 mois, la seconde à 8 mois presque et demi et le/la troisième? on verra… mais pas avant 6 mois, c’est sûr!

  10. Merci pour les courbes, je n’étais pas sûre que ce soit celles des bébés allaités.
    Effectivement rien n’exclut qu’ils ne publient un truc contradictoire plus tard… c’est bien le problème !


Commentaires fermés